Warehouse à Marseille et dancefloor endiablé : Caisson Gauche Records

Nostalgique des soirées au Bunker B7, Hangar 404, ou encore au One Again ? Le collectif Caisson Gauche est enfin de retour pour une soirée en warehouse le samedi 26 mars de 23h à 08h ! Actif sur Marseille depuis 2015, l'équipe nous prépare un événement NRV avec ses DJ résidents : Kepler, External Circuit et Fontene. Attendez-vous au pire...


Pour l'occasion, on est allés rencontrer Louis (manager) et Kepler (directeur artistique) pour discuter de leur event et de leur collectif ! EVENT : ጀ Marché noir ጀ


Salut les gars, présentez vous :

Louis : Alors moi c'est Louis, Manager et producteur à Caisson Gauche Records

Kepler : Moi c'est Kepler D.A et DJ à Caisson Gauche Records


Comment vous définiriez Caisson Gauche ?

Kepler : Alors, Caisson Gauche, je dirai que c’est avant tout une bande de potes et un projet un peu fou dans lequel on s’est lancé il y a maintenant 7 ans sans vraiment savoir où cela mènerait. 7 ans plus tard CGR est devenu un label et une boite de prod qui produit des évènements un peu partout en France, beaucoup de soirées dans le sud mais aussi des émissions radio, des apéros du partage et pas mal de conneries. En fait, au plus on avance, au plus on se rend compte que CGR n’a pas vraiment de forme précise, c'est une entité qui évolue au fil de nos envies et de nos expériences, du parcours de chacun … En résumé une sacrée aventure qui dure depuis 2015 et déjà pleins de bons souvenirs.

Du coup une soirée Caisson Gauche c’est quoi ? :

Louis :

Je dirais que c’est un mélange de notre sueur, notre sang et nos délires …En fait, ce qui fait la soirée c’est surtout l’investissement personnel et la sensibilité de chacun des membres du groupe.

On est un collectif Marseillais et dès le début, on a voulu axer nos événements sur nos artistes et sur nos coups de cœur, sur des lieux fous, des scénographies quali … sur notre vision de la fête en fait. Il y a un très gros processus créatif derrière tout ça, que ce soit dans l’image de la soirée mais aussi dans chaque scénographie que notre scénographe Antonin (Aka Krugyzore) réalise sur mesure pour chaque événement.

On nous demande parfois « pourquoi vous ne faites pas de gros booking ». Pour nous c’est pas vraiment notre rôle, il y a des salles, des clubs ou des festivals qui font ça très bien et proposent de très bons line-up. De notre côté, on préfère proposer quelque chose de plus personnel, de nouveau et d’original à chaque fois même si c’est très prenant physiquement.

Par exemple, pour une soirée comme le Grand Antiquaire : Déjà il faut déjà trouver le lieu… Combien de fois on est parti en scooter, en voiture, taper à des portes de hangar, de parking, de bâtiment en construction … se faire refouler, repartir … Une fois que c’est enfin OK pour le lieu, on part de 0. Il n’y a pas d’identité visuelle, pas de dancefloor, pas de son, pas de scène, pas de light … et c’est à nous de tout inventer, c’est ultra stressant mais putain, qu’est-ce que c’est satisfaisant. Kepler :

En résumé, je dirai beaucoup de travail, beaucoup de son, et des milliers de danseurs en sueur.


Niveau musique vous vous positionnez comment ?

Kepler :

C’est difficile à résumer, c’est une synthèse de toutes nos influences, que ce soit External Circuit, Fontène, Laze ou moi-même, on aime emmener les gens dans notre univers sans se poser de limite, sans contrainte de style. On passe nos coups de coeur, nos envies du moment, nos classiques allant de la house à la techno en passant par l'électro la DnB ou même des sons plus breaker, en fait on ne se retrouve pas dans un seul style. Louis : Perso, je suis un peu moins pointu que le reste de l’équipe en terme de son, du coup lors des soirées j’arrive facilement à me mettre à la place du public. Ce que j’aime vraiment avec mon équipe c’est que chaque artiste possède un univers musical assez vaste, à eux tous réunis cela permet d’avoir un éventail sonore assez impressionnant tout en gardant un fil conducteur.

Le 26 vous produisez l’événement « Marché Noir », vous nous réservez quoi ?

Louis :

Déjà, un lieu de malade, clairement le Grand Antiquaire de Marseille c’est un lieu qu’on trouve vraiment stylé … Une espèce de Warehouse géant remplis d’objets bizarres, ça donne une ambiance sombre, un peu mystique et complètement folle, bref on est vraiment tombé amoureux du lieu. Ensuite il y a la scénographie… Pour notre première soirée post Covid, on a demandé à notre scénographe de vraiment mettre le paquet pour mettre en valeur le lieu et surtout pour vous en mettre plein les yeux.

Et le moins qu’on puisse dire c’est qu’il ne s’est pas foutu de nous ! Il vous a préparé un truc de fou furieux avec 21 lyres, 6 stroboscopes RGB, 50 barres leds, un pont de levage des totems… le tout contrôlé en live par 2 ingénieurs light, bref une scénographie digne d’un petit festival. Franchement, ça va clairement être la scénographie la plus aboutie qu’on a jamais proposé et de loin, on a trop hâte de voir le rendu final. Bien sûr, on a aussi pensé à vos petites oreilles et là aucune hésitation ! On a cash appelé Momo notre sang de la veine pour qu’il nous pose les gros Funktion One des familles.


Kepler : Niveau artistique, ce sera Fontène, External Circuit et moi-même (et peut-être un ou deux invités surprises). Nos derniers sets c’était des « grosses scènes » (Cabaret Aléatoire, Delta Festival, Walking Bass Festival), là on joue "à domicile". On a envie de se faire plaisir sur cet événement et on va tout faire pour vous que vous le ressentiez et pour vous faire transpirer.


Le mot de la fin ? :

Kepler : Merci à tout notre public, à tous ceux qui suivent depuis 2015, ça peut paraître bateau, mais vous nous donnez de la force et l’envie de continuer depuis maintenant 7 ans, alors continuez à nous suivre, on ne compte pas s’arrêter là.

Louis :

Attendez-vous au pire…